Nouveau récit de voyage en Bolivie : riche en émotions !

Nouveau récit de voyage en Bolivie : riche en émotions !

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accueillir Alexia pour son récit de voyage en Bolivie. Elle nous raconte comment elle s’est retrouvé dans l’une des rues les plus dangereuses de Bolivie, seule, à chercher son petit ami, parti chercher un hôtel. Un récit utile pour en tirer des conseils pour les voyageurs solo ou même en couple ! 😉 Un récit qui vous incitera également a regarder de plus près la méthode ATIPIC de Fabrice pour voyager en sécurité !

Après un an passé à Buenos Aires avec mon copain, on décide de faire un voyage de 4 mois en Amérique du Sud. On était à quelques jours de la fin du voyage fatigués des nombreux treks et amaigris.
Après plusieurs heures de bus éprouvantes, on arrive dans une ville de Bolivie. Il est 6h et le soleil n’est pas encore levé. On part à la recherche d’un hôtel pas trop dans cher mais très vite je n’en peux vraiment plus, la fatigue me harasse et le poids du sac me devient insurmontable. On décide donc de se séparer. Je reste au coin de la rue avec les sacs tandis que Gaétan arpente la ville à la recherche d’un hôtel.
Au bout de quelques minutes, un jeune arrive et s’assied à coté de moi. Je sens qu’il a flairé la touriste perdue et voit en moi des liasses de billets. On commence à discuter et je guette inquiète le retour de Gaétan. J’ai pris soin de communiquer cette information à mon nouvel ami. Quand à lui, j’ai comme l’impression qu’il essaie de rameuter ses potes en renfort car je le voie jouer avec son portable. Je commence à vraiment paniquer mais je ne montre rien et tape la discute.
Soudain, une camionnette de policiers passe devant nous et s’arrête un peu plus loin. Ils nous hèlent de loin. On va les voir et ils nous demandent nos papiers et d’expliquer ce que je fais là. Il demande au jeune de partir et me disent que je me trouve dans la rue la plus dangereuse de la ville et que ce n’est pas prudent de rester là. Ils me disent de monter avec eux. Je n’y réfléchis pas à deux fois et monte devant. Une fois dans la camionnette on part à la recherche de Gaétan. Et c’est seulement à ce moment que je me dis : « quelle idiote… je connais le danger des faux policiers en Amérique du Sud et je monte avec sans me poser de question… »


On tourne et vire dans la ville à la recherche de Gaétan. Les policiers me posent des questions sur l’hôtel ou peut se trouver Gaétan mais je me trouve bête à ne pas savoir quoi leur répondre. Ils ont l’air de penser qu’on est stupide et ils ont surement raison. Je leur demande de retourner à l’endroit de rendez-vous car je suis sûre que Gaétan y retournera, mais en nous approchant je vois bien qu’il n’y est pas et je commence à vraiment paniquer. Et là, comme un miracle, je le vois dans le fond de la rue à travers le rétroviseur. Je crie pour l’appeler. Il est avec le jeune de tout à l’heure! Quand il est arrivé au point de rendez-vous et ne m’a pas vu, le jeune est arrivé vers lui et lui a raconté que les policiers m’avaient embarqué. Il l’emmenait au commissariat (ou dans un guet-apens peut être…). Le jeune file sans demander son reste en voyant les policiers. Je remercie mes sauveurs et on part en courant à l’hôtel que Gaétan a trouvé entre temps (ouf !). On restera dans la chambre toute la journée et on n’en sortira que pour notre bus le lendemain tellement on a eu peur !

Bref… j’ai trouvé un hôtel en Bolivie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Show Buttons
Hide Buttons