Pourquoi il ne faut pas rigoler avec les douanes américaine ?!

Pourquoi il ne faut pas rigoler avec les douanes américaine ?!

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accueillir Anthony qui nous raconte sa mésaventure avec les douanes américaine. Si il fallait encore le démontrer, voilà un nouveau récit qui vous montre pourquoi il ne faut pas rigoler en arrivant à un aéroport aux Etats-Unis.

En 2005, j’ai eu envie de découvrir l’ Ouest Américain et d’aller voir ces paysages caractéristiques des films de Western et des pubs Marlboro. Je trouve une offre en tour opérator plutôt intéressante, associant la découverte des plus grandes villes américaines à celles des espaces naturels incontournables de cette région du monde. Je pars donc pour 11 jours de découverte allant de Los Angeles à San Francisco en passant par des sites naturels comme le Grand Canyon, la vallée de la mort, le célèbre site de Monument Valley et les canyons de Brice et Zion. 

La rigueur des douanes américaines

Fin août 2005, je pars du Mans, direction Roissy Charles de Gaulle. Un premier vol de 5 heures pour Philadelphie m’attends. Classique, à Roissy, des Français qui se bousculent pour passer devant leur voisin. Je me retrouve à l’aéroport en train de jouer du coude, un sport dans lequel la police Americaine met tout le monde d’accord !

J’arrive en effet à Philadelphie où le passage aux douanes américaine ressemble à des rangées de passagers clairement séparées et attention à celui qui mettra un pieds derrière la ligne jaune, délimitant la zone de confidentialité que seul le policier peut nous autoriser à franchir. C’est bientôt mon tour, j’attends derrière cette ligne jaune, avant qu’un policier me fasse au loin un mouvement de la main pour me demander de venir… l’interrogatoire peut commencer ! Attention au choc des cultures ! Qu’est ce que vous venez faire ici ? Vous avez de la famille, des amis ? Pour combien de temps ? Enfin toute une série de questions qui commençait à devenir longue. Bon Français indiscipliné, je commence à ne plus vouloir répondre aux questions et là, la punition tombe ! Il n’a pas l’air de chercher à comprendre ! Il me confisque mon passeport et mon billet d’avion. Visiblement je dois régulariser un point que je ne connais pas encore.

Je retrouve certains Français en entrant dans une salle où l’ambiance est du type salle d’attente Sécurité Sociale ! La salle est assez petite. On peut y voir des rangées de bancs face à un grand bureau derrière lequel 2 autres flics, un chinois plutôt maigre et un autreà l’inverse, bien enrobé traitant les dossiers. Derrière eux, un meuble avec 26 cases correspondant aux 26 lettres de l’alphabet qui leur permet de classer les dossiers selon notre nom. Monsieur Coubard, sera donc dans les “C”. Mon dossier est alors stocké dans un 1er temps dans ce meuble. Le temps passe, et l’heure de mon prochain vol pour Los Angeles approche… pression, pression ! Je me vois déjà rater mon vol. Les secondes deviennent interminables et stressantes… quand vont-ils traiter mon dossier ? Je regarde cette foutu horloge 30 fois par minute… et le temps défile à grande vitesse ! Il me reste 25 minutes pour mon autre vol avant de devoir  tout refaire contrôler une deuxième fois… je capitule, dans ma tête l’avion par sans moi.

Mais coup de bol, le policier pioche dans les “C”. Par chance, aucune autre personne ayant un nom commençant par cette lettre s’est greffée au groupe entre temps. Nous réglons le problème en 10 secondes. Je récupère mes papiers et part en courant récupérer mes bagages sur le tourniquet. Je dois les refaire contrôler à nouveau, eh oui c’est la file ! le temps passe, il reste 10 minutes ! ok ça passe, je regarde la porte… Forcement c’est à l’autre bout de l’aéroport ! Je croise alors cette dame dans son petit train électrique qui véhicule les bagages. Elle veut me déposer à la porte et j’accepte. Je me retrouve à coté d’ elle, dans un train qui roule moins vite qu’en étant à pieds mais c’est pas grave, je suis claqué ! J’arrive donc à la porte dans les temps. Ceci dit, j’ai tout le temps de récupérer car mon avion affiche un retard de 20 minutes qui se finira par un retard d’ 1h30. Je suis sur d’avoir mon vol pour Los Angeles, je respire en me disant que les vacances peuvent enfin commencer !

Bref, j’ai découvert les douanes américaine !

6 réactions au sujet de « Pourquoi il ne faut pas rigoler avec les douanes américaine ?! »

  1. Les aéroports c’est déjà pas la joie en France mais alors aux Etats-Unis c’est un vrai cauchemar ! Moi il me manquait un formulaire que l’on ne m’avait pas donner dans l’avion (merci la TAP pour ne pas les citer) et j’ai du me retaper la file d’attente en entier, heureusement que je n’avais pas de correspondance..

    Et puis j’ai l’habitude de dire qu’il y a deux choses avec lesquelles on ne rigole pas aux USA : les lois (surtout en ce qui concerne l’immigration) et le sport !
    Nadège@Miami Articles récents…The Worst of America : People of WalmartMy Profile

  2. Ouah le stress ! J’ai la boule au ventre rien que de lire ça !
    Lors de mon voyage aux Etats-Unis, j’avais tellement peur d’avoir oublié les papiers administratifs que j’ai du regarder au moins 30 fois dans mon sac pendant le trajet !

  3. haha je suis complètement d’accord avec toi! Lors de mon voyage en 2008 à NY j’ai aussi vécu une drôle de mésaventure… Arrivée à NY, et comme tout le monde repmlissage de formulaire, empreinte digitale, les petites questions de base, bref toute la routine se passe bien… Je récupère ma valise et arrive enfin en « territoire américain »… A deux pas des taxi, un type qui devait faire 3 mètre cube se met devant moi et baragouine un truc. Epuisée et pas d’humeur à papoter je souris poliment et esssaie de le contourner pour aller prendre mon taxi. Fatale erreure… C’était la douane volante qui voulait vérifier mon passeport… Ni une ni deux je me suis retrouvée dans une petite pièce où deux douaniers ont munis de leurs petits gants ont décidé d’ouvrir ma valise, le tout dans le silence le plus complet… Autant dire qu’une valise de nana ca met du temps à être vidé, surtout quand on commence à sortir un à un les accessoires de la trousse de toilette… 🙂 Après 20 bonnes minutes j’ai eu droit à « ok, you can go » avec toutes mes affaires amassée sur une table… Au regard j’ai compris que je devais remballer et vite fait bien fait… Bref j’ai attrapé la boule de vêtement, lancée dans la valise, et c’était bon… J’ai enfin pu vraiment commencer mon s´jour US! Heureusement que c’était à l’aller et que la valise était à moitié vide en prévision des virées shopping! 😉
    Fabienne Articles récents…Un automne à VienneMy Profile

  4. Toutes les entrées aux États-Unis, ne se passent pas aussi bien ! Cela concerne très régulièrements les Français de couleurs et surtout les Français d’origine arabe.
    J’ai un ami français d’origine algérienne qui s’est rendu à New York avec sa femme française blanche.
    Dès son arrivée à l’aéroport de New york, le douanier en feuilletant son passeport français l’a envoyé dans un autre bureau pour des renseignements approfondis.
    Mon pote, m’a dit qu’ils n’ont pas du tout voulu que sa femme parte avec lui.
    Il était lui seul suspecter dès son arrivée à l’aéroport. Il entre dans une salle dit bureau, où il aperçoit une quarantaine de personne toutes de couleurs de peau foncée issues de pays du tiers monde , Indien, Pakistanais, Indonésien, Noir, Afgans, Turque… et beaucoup d’entre eux Musulmans.
    à cause de cette discrimination il perd 2 heures de son temps. On lui pose un tas de questions, origine, pratique de la religion, que venez-vous faire ici, où allez-vous, pourquoi ne passez-vous pas vos vacances à Marseille ?, quel poste occupez-vous ? ou allez-vous en vacances… Par période il a du mal à comprendre l’anglais américain… le douanier tape le bureau à plusieurs reprises, il hausse le ton en criant pour le déstabiliser et à la fin une fouille corporelle.. Il ressort humilié, honteux.
    Puis il le libères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Show Buttons
Hide Buttons