Sortie prochaine de mon livre : Pourquoi voyager au bout du monde à 20 ans ?

Sortie prochaine de mon livre : Pourquoi voyager au bout du monde à 20 ans ?

Cela fais déjà près d’un mois que je travaille à la rédaction de mon futur livre sur mon aventure australienne. Aujourd’hui, j’ai besoin de votre avis pour avancer et savoir si je suis sur le bon chemin ou… complètement à côté ! Pour cela, j’ai décidé de publier mon prologue, on dit souvent qu’un lecteur doit être convaincu dès les premières pages, j’espère que vous le serez ! Si vous ne l’êtes pas, merci de me dire pourquoi dans les commentaires. Dans tous les cas, ne repartez pas sans avoir répondu à mon petit sondage svp, ça ne coûte qu’un clique mais ça me sera très utile ! Bonne lecture ! 🙂

_____________________________

Cela fais maintenant plus d’un an que je suis rentré de mon périple australien et pourtant, les souvenirs restent gravés dans ma mémoire tant ce fût une aventure exceptionnelle. J’ai rencontré des personnes inoubliables, vu des paysages à couper le souffle, tout en parcourant des kms et des kms de route pendant ces 9 mois qui ont à jamais marqué ma vie.

Après des mois de réflexion, je me décide enfin à mettre tous ces souvenirs sur papier, à raconter tous ces moments qui ont fait de ce voyage, l’une des plus belles périodes de ma jeune vie ! Je pense avoir enfin le recul nécessaire pour analyser mon parcours, revenir sur certains évènements marquants de mon aventure tout en conservant mes impressions du moment que j’avais pris soin de noter dans mon carnet de voyage.

              Pourquoi voyager au bout du monde ?

Pendant ma vie d’étudiant, j’avais tout pour être heureux, de nombreuses sorties et soirées avec mes amis, aucune difficulté scolaire et une famille qui m’était très chère sans aucun problème financier. Mais il me manquait une chose : la liberté ! J’avais donc une routine qui convient à beaucoup mais il me manquait pourtant ce petit « piment », ce petit truc qui donne un vrai sens à votre vie. Et c’est après de longues nuits passées sur internet que j’ai découvert le nouvel Eldorado moderne : l’Australie.

J’allais de blogs en blogs, d’aventures en aventures, où des jeunes – et des moins jeunes – racontaient le jour où ils avaient franchi le pas, tout quitté et s’étaient lancés dans l’inconnu en partant en Australie. Ce pays qui ne connait soit disant pas la crise, qui dispose du climat dont tout le monde rêve, de plages toutes plus immenses les unes que les autres et de paysages si variés que l’on a l’impression de changer de continent à chaque nouveau lieu.

Ainsi, pendant plus de 6 mois, mon esprit était obnubilé par cette destination, j’y méditais le jour, j’en rêvais la nuit ! Tout paraissait si simple, il suffisait simplement de s’enregistrer sur internet pour obtenir un visa WHV. Un visa que l’on pouvait obtenir parfois en moins de 48H. De plus, avec l’augmentation des expatriations, le prix des billets d’avion avait fortement diminué et pour à peine 1000€, il était possible de s’offrir un aller-retour France Australie.

Et après tout, qu’est qui m’empêchait moi aussi, de partir ?

Je savais qu’à la fin de l’année, j’obtiendrais mon diplôme, j’avais les fonds nécessaires pour subvenir à mes besoins les 3 premiers mois, et j’avais surtout à peine 20 ans, l’âge idéal pour tenter ce genre d’aventure ! En fait, plus je lisais de récits sur internet, plus cette idée prenait forme dans ma tête. Pourquoi pas moi? Pourquoi je ne tenterais pas moi aussi cette aventure ?

Je n’avais rien à perdre et tout a y gagner !

J’avais une belle excuse pour convaincre mes parents de l’intérêt de ce voyage : mon niveau d’Anglais. Un niveau désastreux que je souhaitais, et qu’il était absolument nécessaire d’améliorer. Je savais qu’il serait très difficile de leur annoncer ma décision. Ils n’avaient jamais voyagé et je n’étais pas du tout issu d’une famille de voyageurs bien au contraire. Mes parents avaient travaillé toute leur vie, dès le plus jeune âge, pour obtenir leur rêve : avoir leur propre maison. Ils se sont mariés très jeune et ont eu une vie très modeste qui leur suffisait amplement à combler leur bonheur. Et même si j’avais parfois du mal à comprendre cela, je le respectais totalement.

Ainsi quand j’ai commencé à parler de cette idée folle, les premières questions auxquelles je m’attendais sont très vite arrivées :

–  Mais pourquoi veux-tu partir aussi loin ? Tu vas faire quoi là-bas ?

–  Mais l’anglais tu peux l’apprendre bien plus près, pourquoi ne vas-tu pas à Londres comme tout le monde ?

Non, je voulais aller en Australie, symbole de liberté et de découverte. Et je savais, étant donné la distance qui sépare l’Australie de la France, que je ne pourrais pas rentrer au premier coup de « blues ». Je m’engageais pour au moins 6 mois, 6 mois qui me marqueraient dans le bon comme dans le mauvais sens mais au moins je n’aurais aucun regret.

Quand j’ai commencé à faire part de cette idée à mes amis, l’avis était bien entendu tout autre que celui de mes parents : « mais vas-y fonce ! C’est maintenant ou jamais qu’il faut que tu le fasses ! »

Il vrai que eux, n’avaient également qu’une hâte : partir à l’étranger pour découvrir autre chose que notre vie d’étudiant à la française. Ils m’ont encouragé, poussé en répondant à chacune de mes interrogations par des affirmations toutes simples qui au final, m’allaient très bien.

Il est vrai que je ne risquais pas grand chose, mais c’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Partir seul pour un premier voyage comme celui là me paraissait insurmontable. Il fallait que je trouve un « compère » de voyage. Mes amis, les plus proches même si ce n’était pas l’envie qui leur manquait, ne pouvaient pas tout quitter alors qu’ils étaient engagés dans de longues études ce que je comprenais tout à fait à cette époque. Mais au final, celui qui allait m’accompagner n’était, à cette époque là, pas un de mes amis les plus proche, plutôt une bonne connaissance, un ami avec qui j’avais passé ma vie d’étudiant à Angers.

Il était un peu comme moi, des rêves plein la tête sans pour autant n’avoir osé franchir le pas. Lui aussi souhaitait partir à l’étranger, la distance ne l’effrayait pas plus que ça et il se posait surtout beaucoup moins de questions que moi. C’est d’ailleurs tout de suite ce qui m’a convaincu… après tout, je n’avais cessé de me poser un tas de questions qui pour lui, étaient de simples « futilités » inutiles ! Et après quelques semaines d’hésitations, il a pris sa décision final : il allait m’accompagner en Australie !

Je n’avais plus aucune excuse pour reculer, toutes mes appréhensions étaient levées d’un coup car je ne serais pas seul à partir pour mon premier grand voyage. Et même, si il est vrai, on était bien loin de se connaitre parfaitement à cette époque, c’est sans aucun doute cela qui a fait la réussite de notre voyage. On a appris à se découvrir au fil du temps et à tisser une amitié qui est maintenant unique.

Le moment fût venu d’annoncer ma décision définitive à mes parents et comme je m’y attendais ce fût plutôt compliqué. D’un côté, ma mère est tombée en sanglot immédiatement, ne comprenant pas les raisons de mon départ. De l’autre côté, mon père, laissait transparaitre une certaine indifférence qui m’était encore plus dur à supporter. Pourquoi je ne pouvais pas me poser comme lui l’avait fait auparavant, me trouver une femme avec qui partager ma vie, un travail et acheter une maison ! Mais malheureusement, c’était loin d’être ce que je voulais, à ce moment là en tout cas…

              Pourquoi écrire ce livre ?

A l’heure actuelle, de plus en plus de jeunes souhaitent tenter l’aventure au bout du monde mais peu le font… soit par manque d’informations sur toutes les possibilités qui nous sont offertes soit, tout simplement à cause des doutes et des angoisses qu’un départ comme celui là peut entrainer.

Je fus moi aussi très stressé pendant les 6 mois qui ont précédé mon départ, je voulais que tout soit parfaitement organisé, à tord ou à raison. Alors qu’une fois parti, je me suis vite rendu compte qu’il n’y avait aucune raison d’être angoissé. Malgré quelques mésaventures – pour la majorité très comique ! – il était complètement inutile d’être angoissé à ce point !

Par ailleurs,  je trouve que de nombreuses idées – souvent fausses – circulent sur le voyage de longue durée. Certains insistent sur le fait qu’il faut avoir un compte en banque bien garni pour partir, d’autres sur le fait qu’il est inutile de partir si vous ne maitrisez pas parfaitement la langue. Tant de freins qui font reculer la majorité des gens et les empêchent de se lancer dans l’aventure alors que pourtant, le voyage est à mon sens, l’une des meilleures écoles !

Vous vous retrouverez surement dans des situations auxquelles vous n’auriez jamais imaginé faire face mais c’est justement ça qui fera toute la richesse de votre voyage. Vous allez rencontrer des gens exceptionnelles, parfois surprenants et surtout découvrir une nouvelle culture qui vous ouvrira l’esprit. Il est certain qu’à votre retour, vous ne serez plus le même, vous n’aurez plus la même vision des choses et vous serez surtout fier de votre parcours.

A travers ce livre je veux donc vous montrer comment et pourquoi j’ai pris l’une des meilleures décisions de ma vie malgré certaines mésaventures qui ont fait tout le charme de ce voyage. Je partagerai avec vous mes galères comme les moments d’exceptions que j’ai vécu au cours de ces 9 mois.

9 mois dont j’avais gardé une trace écrite à travers mon carnet de voyage que j’ai tenu tout au long de mon périple. Un carnet de voyage que mes plus proches amis m’avaient offert avant mon départ retraçant toute ma vie passée et qu’ils m’ont fait promettre de tenir jusqu’au bout… promesse que j’ai tenu ! Je souhaite maintenant les remercier en publiant ce livre, qui sans eux n’aurait peut-être jamais existé…

J’espère également vous convaincre, vous aussi, de vous lancer dans un tour du monde, peu importe le pays, peu importe la durée, seul ou accompagné, mais de ne nourrir aucun regrets pendant vos années futurs en vous disant que vous auriez dû faire cela à telle époque. Je vous montrerai qu’il est beaucoup plus facile de partir qu’on le croit, il suffit simplement de faire le premier pas ! Ce « pas » j’ai décidé un jour de le faire et j’espère que vous aussi, vous prendrez la même décision…

[polldaddy poll=6465227]

30 réactions au sujet de « Sortie prochaine de mon livre : Pourquoi voyager au bout du monde à 20 ans ? »

  1. Il faut du courage pour partir. Mon frère est partie à 24 ans (quelques années d’écarts avec vous)pour faire le tour de l’Australie (comme toi).
    Pendant une année il a vécu un truc de dingue : travail à Sydney (il a aimé mais la vie un peu chère et beaucoup de français donc pas super dépaysant mais les plages sont magnifiques près de Sydney) puis visite du nord en road trip. Il s’est fait le grand désert de Victoria (enfin une partie)au final puis il est rentré.

    Bref c’est pour dire qu’il s’est fait super plaisir. Mais le seul truc, ça serait mieux de combiné une expérience professionnelle avec vraiment enrichissante. Bien qu’il aie travaillé comme serveur à Sydney, ce n’est pas la chose la plus valorisante.
    Peut-être qu’il faudrait prévoir juste un plan professionnel (création de blog, nomade digital, petit job comme vendeur dans un certain domaine) peut apporter une valeur ajouté en plus de la liberté apporté par ce type de voyage.

    1. Salut Fred,

      Oui c’est clair, le mieux serait de combiner une expérience professionnelle dans notre secteur d’activité mais cela t’empêche d’être libre à 100% si tu t’engage dans un travail… Après tout dépend de ce que la personne recherche ! Pendant mon voyage en Australie, j’ai fais beaucoup de jobs peu valorisants (ramassage de fruits, manutention en ferme etc…) mais je faisais pas mal d’argent en un minimum de temps et je pouvais partir quand je voulais, ça m’allait très bien ! 🙂
      Le mieux reste bien entendu d’être « nomade digital » et de pouvoir travailler d’où tu veux sans obligation ! Un rêve pour beaucoup d’entre nous je pense 😀

  2. J’aurais adoré faire ça à cet âge-là, 20 ans… Mais c’était les finances qui manquaient plus les études à continuer…
    C’est génial que tu reviennes sur ton expérience, un an après. Tu t’es décidé à mettre sur papier ton expérience à la suite d’un évènement en particulier ?
    Arnaud Articles récents…Les mosquées du DeccanMy Profile

    1. En fait j’ai déjà toute mon expérience sur papier vu que je tenais un carnet de voyage pendant mon séjour !
      Mais depuis la création de mon blog, je cherchais quelque chose à proposer à mes lecteurs, et reprendre toutes mes notes de voyage et les partager avec le plus grand nombre me semble être la meilleure idée 🙂

  3. A voté! C’est une bonne base de départ, le plus dur reste à faire, réussir à écrire vraiment ce que tu as envie de faire passer aux autres comme messages. Mais je suis sur que tu y parviendra au final!

  4. C’est important de montrer aux autres que tout est possible et que l’on peut réaliser ses rêves. C’est à ca que serve nos blogs aussi. Ma vie aurait été différente, si j’avais pu réaliser plus tôt qu’il était possible de faire ce genre de choses! Enfin, heureusement, je ne me suis pas réveillée trop tard! 😉
    Lucie Articles récents…Scones au chocolat au laitMy Profile

    1. Entièrement d’accord avec toi Lucie, nos blogs doivent être source d’inspiration pour les futurs voyageurs !
      Je pense que toi tu t’es plus que bien rattrapé au niveau des voyages 😉

  5. Salut Ben, j’adore ce que tu as déjà écrit. Je ne suis pas encore partie et je me retrouve déjà dans ton récit, notamment dans les réactions des proches. Les parents, quoi qu’on leur disent, ils ne comprennent pas pourquoi on veut partir loin d’eux… J’ai prévus de partir avant la fin de l’année, j’espère que ce sera possible.

    1. Merci Latie, ça fais plaisir 🙂
      Il est clair que c’est souvent difficile pour nos parents d’accepter notre départ, mais rassures-toi les retrouvailles ne sont que plus belles !

  6. Et bien moi il me plait bien ce prologue. Ce qui m’intéresse, ce sont tes anecdotes de voyage, tes rencontres, comment tu as trouvé des petits jobs, des logements, si tu as eu des coups de blues, des moments de déprimes, de doutes, une fois sur place, etc.

    En tout cas, c’est prometteur !

    Et l’aspect « carnet de voyage » je le recommande vraiment à tout le monde.

    J’avais commencé ça dans un petit bloc-note orange au Népal, puis pour mes voyages européens je consigne mes anecdotes dans des docu words sur l’ordi que j’emmène. Et maintenant, je les publie sur mon blog tout frais tout neuf.

    A bientôt !

    Jérémy
    Jérémy Articles récents…Des suédoises, des îles, et des abus de langage :My Profile

    1. Merci Jérémy pour ton avis, ça m’aide à avancer et à orienter mon livre dans tel ou tel sens !
      Je publierais d’autres anecdotes sur mon trip dans les prochaines semaines quand j’aurais bien avancé 😉

  7. Un article très intéressant. Je suis d’accord avec toi. Inutile de maitriser la langue ou d’être riche, il faut juste passer à l’action.

    Quand je suis parti en Chine, j’avais:

    – 3 nuits de réservation d’hôtel
    – 600€ de liquide sur moi

    Mais j’avais:

    – 0 connaissance du Chinois
    – 0 amis sur place
    – 0 logement
    – Moins 15 degrés dehors

    Au bout de quelques semaines, j’avais mon language partner, mon appartement, mon réseau d’amis, je négociais avec les chauffeurs de taxi, et il faisait beau…

    Comme quoi le plus dur c’est de passer à l’action…
    Martin Articles récents…Plantez une graineMy Profile

    1. Oui le plus dur est de passer à l’action comme tu dis… il faut simplement avoir le courage de le faire !

      Ton aventure en Chine a dû être une expérience très enrichissante. Tu compte y retourner ?

    1. Oui c’est sur, quand on a l’occasion il faut le faire le plus tôt possible…

      PS : Merci de mettre ton nom la prochaine fois, et non des mots clés 😉

  8. Dans tous les cas, je pense que tu devrais aller au bout de ce que tu as commencé à entreprendre 😉

    Pour ma part, je suis parti tout seul à 19 ans en Australie et je ne regrette rien. Je suis sûr que sans cette expérience, ma vie n’aurait pas du tout été la même et je ne serai pas actuellement en train d’écrire ce commentaire depuis mon appart’ à Istanbul ^^

    Bonne continuation à toi 😉
    Jéré[email protected] Articles récents…Vous êtes à Istanbul ce dimanche 02 Septembre 2012? J’ai une surprise pour vous 🙂My Profile

  9. J’adore, j’ai hâte de lire la suite et de savoir comment tu t’es si bien débrouillé !!! J’ai aussi un rêve celui de partir mais bcp trop de questions et de peur, la peur de l’inconnu !!! A lire tes premières lignes, cela parait si simple, que l’on voyage a travers tes lignes 🙂
    Hâte d’être au 14 mais ou sera t-il disponible ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Show Buttons
Hide Buttons