Retour sur mon expérience RATÉE en tant que Nomade Digital…

Retour sur mon expérience RATÉE en tant que Nomade Digital…

Quand j’ai commencé à lancer mon blog et surtout à en vivre, j’y voyais énormément d’avantages, dont la liberté de mouvement, la liberté des horaires et surtout la possibilité de voyager dans le monde entier comme bon me semblait.

Et c’est finalement en février 2013 que j’ai décidé de me lancer dans le grand bain, avec mon premier voyage en solo aux États-Unis, puis au Costa Rica, tout en continuant à développer mes activités sur le web. C’est ce qu’on appelle communément être un Nomade Digital.

C’est un peu LE terme à la mode en ce moment, qui fait rêver pas mal de personnes. Mais détrompez-vous, ce mode de travail n’est pas aussi simple, qu’on ne le croit.

Mon expérience en tant que « apprenti » Nomade Digital

 

Dès le début de mon voyage, et mon arrivée à New-York, je me suis vite rendu compte que travailler dans les conditions d’un tel voyage, n’allait pas être aussi simple que cela. En effet, pendant les 15 premiers jours, j’ai bougé environ tous les 3 jours, allant d’auberges de jeunesse en couchsurfers, passant de New-York à Washington avant d’arriver à Miami. Cela fût encore pire dès mon arrivée au Costa Rica.

Difficile de travailler de manière concentrée dans ces conditions. En auberge de jeunesse, j’étais en dortoir, simplement pour économiser de l’argent, mais c’était loin d’être le lieu idéal pour travailler. Si vos « colocataires » d’un soir, vous voient branchés sur votre PC toute la soirée, ce n’est pas comme ça que vous allez faire des rencontres, et vous passerez plus pour un insociable qu’autre chose.

De même, quand vous vous retrouvez dans les parties communes comme la cuisine ou le salon. Difficile de travailler tranquillement alors que tout le monde discute à côté de vous, et que vous mourez d’envie de se joindre à leur conversation.

nomade digital costa rica 2
Auberge de jeunesse au Costa Rica

Enfin, les connexions internet sont souvent plutôt lentes, ce qui a tendance à vous énerver. Bref… les auberges de jeunesse sont loin d’être le lieu idéal pour travailler et après tout… ce n’est pas fait pour ça non plus !

Autre solution de logement économique : le couchsurfing. Mais là encore, si vous faites du couchsurfing, ce n’est pas pour passer la soirée, ou la matinée devant votre ordinateur.

Alors finalement, je travaillais constamment dans l’urgence, en répondant rapidement aux mails des annonceurs, en écrivant mes articles à la va-vite, et cela avait obligatoirement pour conséquence, un travail bâclé et de mauvaise qualité. Et curieusement, je ne profitais pas tant que ça de mon voyage, ayant constamment à l’idée qu’un annonceur pouvait m’échapper si je ne répondais pas à son mail dans les 24 heures…

nomade digital costa rica
En plein travail au Costa Rica…

Alors oui, travailler en voyage et être un véritable Nomade Digital, c’est sans doute possible, mais pas de cette manière, pas en ayant un mode de voyage de ce type.

Les solutions que j’envisage de tester…

 

C’est en changeant ma façon de voyager, que je vais réussir à combiner travail et voyage, et pouvoir profiter pleinement de ma liberté de mouvement, celle qui m’a tant poussé à développer mon activité entrepreunariale sur le web.

À partir de la mi-janvier, je serai en Argentine pour quelques mois, et ça sera pour moi l’occasion de tester de nouvelles « solutions » pour devenir un véritable Nomade Digital.

Premièrement, et c’est également valable dans la vie de tous les jours, il faudra que j’apprenne à différencier ma vie professionnelle de ma vie personnelle. Tout simplement apprendre à décrocher ! Je travaille en général beaucoup mieux le matin. Je consacrerai donc mes matinées au travail, avant de couper toutes connexions internet, pour profiter pleinement l’après-midi de mon voyage. Je me délimiterai donc des plages horaires précises, de travail et de « vacances ».

paysages costa rica

Deuxièmement, pour avoir cette « mini-routine » je passerai beaucoup plus de temps au même endroit, au lieu de toujours vouloir bouger. Je resterai donc au minimum 1 mois à Buenos Aires ou dans une autre ville (Cordoba ou Mendoza !), quitte à me prendre une semaine totale de déconnexion par la suite, notamment pour mon voyage en Patagonie.

technomadeEnfin, troisièmement, je testerai les espaces de co-working par Regus ou un autre prestataire, que l’on trouve de plus en plus, un peu partout. Ces lieux sont un environnement beaucoup plus approprié au travail qu’une salle commune en auberge de jeunesse. Ça sera également l’occasion de rencontrer d’autres entrepreneurs indépendants. Il existe déjà un espace de co-working à Angers où je suis en ce moment, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller.

C’est en respectant ces trois conditions que j’arriverai à vivre comme un Nomade Digital, tout en profitant pleinement de mon voyage, sans pour autant laisser mon activité de côté. C’est un mode de voyage particulier, qui demande finalement une certaine rigueur, qu’un salarié n’a pas à avoir. Mais quand je vois tous les avantages que cela me procure à côté, je crois que le jeu en vaut la chandelle ! 🙂

En attendant, si vous avez de l’expérience en tant que Nomade Digital, je serai curieux d’avoir votre retour à ce sujet.

16 réactions au sujet de « Retour sur mon expérience RATÉE en tant que Nomade Digital… »

  1. Je partage la même vision que toi. On ne peut pas bien profiter d’un voyage où l’on bouge souvent et faire un travail de qualité.
    C’est pour cela qu’il faut se « poser » à un endroit un minimum, pour prendre le temps de bien penser son travail, de le réaliser dans de bonnes conditions, et ensuite partir voyager quelque temps l’esprit un peu plus libre.
    Thibaut ProfiterduMonde Articles récents…Vivre à Prague : avantages, inconvénients et note/10 !My Profile

  2. C’est bien vrai, vraiment difficile de travailler tout en voyageant et encore plus si on bouge très régulièrement.

    Le travail s’en ressent, il est très dur d’avoir accès à internet et on profite beaucoup moins du voyage.

    Je pense que de rester plus longtemps dans une ville règle le souci, mais alors il faut pouvoir passer plus de temps dans le pays.
    Manu @ VoyageAvecNous Articles récents…Nos expressions françaises à l’étranger : des traductions renversantesMy Profile

    1. Salut Manu,

      Oui c’est clair que si l’on veut se poser dans une ville, il faut également que le voyage dure plus longtemps, et cela n’est pas accessible à tous.
      Mais en général, ce qui travaille en voyageant, c’est qu’ils ont la possibilité de faire durer le plaisir enfin le voyage 😉

  3. En ce qui nous concerne,nous avons choisi de rester 1 mois à un endroit précis.
    Nous louons notre logement « éphémère » toujours par le même site (c’est ce que nous avons trouvé de plus sûr)
    C’est beaucoup plus simple pour s’organiser au plan de vu professionnel ou scolaire pour notre fils.

    Et surtout nous sommes intransigeants sur la qualité de la connexion internet. Nous sommes en contact quotidien par Skype avec notre associé resté en France, nous lui envoyons beaucoup de fichiers et si cela ne fonctionne pas correctement ou pas du tout-cela nous est arrivé 1 fois-c’est la cata!

    Notre priorité reste notre travail. Même si nous travaillons beaucoup d’heures par jour (pour l’instant) cela reste une vie agréable et incroyable lorsque vous le faites du Maroc ou de l’Espagne (où nous sommes actuellement)

    Il faut simplement profiter à fond de chaque instant et être conscient de notre chance de vivre cette expérience en famille.

    Christine
    Famille nomade digitale Articles récents…Le Monastère de Montserrat: entre ciel et terre !My Profile

  4. Dommage que cette expérience n’ait pas été aussi positive et ravi que tu prennes ces orientations de changement.
    Il est certain que une durée minimum avec le confort qui va avec et une connexion décente sont indispensables.
    Pour ma part je loge en (co)location chez l’habitant, je m’assure avec eux que l’internet est décent et/ou je vais en espaces de coworking. Je privilégie la coloc à l’appartement pour des raisons sociables et je ne fais pas de couchsurfing pendant ces périodes puisque j’ai besoin de garantie minimale et de bosser.
    J’administre des heures de boulot et je participe ou organise des sorties sur Meetup ou des événements avec les couchsurfeurs dans le coin pour rencontrer davantage de monde. La particularité dans ce cas est que la communauté est plus internationale que locale, avec les avantages (des gens de partout) et les inconvénients (peu de gens du coin) que ca signifie.
    Merci pour avoir pris le temps d’écrire ce retour d’expérience.
    Vincent
    Vincent Articles récents…ArbrifesteMy Profile

  5. Je suis une nomade digitale depuis quelques années. J’abonde dans le même sens que cet article : il faut passer un certain temps à un même endroit pour travailler efficacement et obtenir sans faute une connexion Internet fiable.

  6. Bonjour,

    Je vois que certains commentaires remontent à 2013. Je suppose que tu as pu tester ces nouvelles manières de travailler depuis ? Est-ce que cela a mieux fonctionné ? 🙂

    Merci pour ton retour d’expérience,
    Isis

  7. Nous sommes partis dans l’aventure avec nos 2 jeunes enfants. On reste minimum 3 semaines dans un logement pour des raisons :
    – logistiques. Ne pas avoir à penser et chercher un nouveau toit trop souvent ;
    – d’efficacité professionnelle. L’environnement informatique est sorti des cartons, et on ne cherche plus les câbles ;
    – familiales. Un environnement trop instable engendre de nouveaux problèmes, donc de nouvelles tensions…mais surtout les enfants doivent s’approprier leur environnement, et seul le temps fait son effet ;
    – sociales. Pour faire des rencontres, il faut du temps, de l’envie et des opportunités.

    1. Dommage de ne pas avoir eu de retour suite à ton changement d’organisation en tant que nomade digital.
      Ma précédente réponse date de février 2014…nous sommes toujours une famille nomade digitale.
      Depuis 2013, 3 ans de nomadisme digital déjà !
      Nous sommes toujours sur la base de rester 1 mois au même endroit.
      Nous avons testé 15 jours, une fois, mais c’est vraiment trop court et cela ne nous convient pas au niveau logistique.
      Parfois jusqu’à 4 mois mais c’est le maximum 🙂
      Je pense que changer de lieu ( ville/ pays) toutes les 1 à 2 semaines comme certains nomades digitaux font est perturbant et épuisant.
      Même en étant en solo il faut un minimum de stabilité pour travailler sereineemnt à distance et ne pas s’épuiser à courir après un nouveau logement tous les 3 jours ^^
      Et puis surtout, il faut avoir une certaine rigueur dans son travail, se fixer
      un planning et s’y tenir;
      Ne jamais oublier que c’est de son revenu ( = ses clients ) que dépend ce mode de vie .
      C’est quand même top de voyager tout en travaillant non ?

      PS : si vous avez des questiosn à ce sujet n’hésitez pas à me contacter par notre page FB par exemple : )
      Christine

  8. Je suis digital nomad depuis 2 ans et demi maintenant, et je change de ville uniquement tous les 4 à 6 mois pour éviter la fatigue du voyage dont tu parles.
    C’est aussi le moyen que je préfère afin de profiter a fond d’un lieu. On a toute la vie pour découvrir le monde, pas besoin de se presser 🙂
    Julien Wanderlustr Articles récents…Backpack TannergoodsMy Profile

  9. Cela fait plus de 5 ans que je suis un nomade digital (Asie, Nouvelle-Zelande, Canada, Autriche, Indonesie). Mon mode de voyage est de rester le temps du visa touriste dans le pays (3 mois à 1 an) et j essaie de trouver une colloc ou un apart avec une bonne connection internet. Les auberges de jeunesse , c est uniquement quand j arrive car il est impossible d y travailler.
    Nomade digital n est pas pour tout le monde, il faut accepter de passer beaucoup de temps seul devant son ecran mais cela reste quand même une experience unique.
    Apres 5 ans passés comme cela, j aspire maintenant á changer de mode de vie, et á me stabiliser un peu plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Show Buttons
Hide Buttons